Aller au contenu  Aller au menu Général  Aller au menu secondaire  Aller à la recherche globale  Aller à la recherche de la rubrique 
> > >

Les Sujets de l’abstraction (1946-1962), 101 Chefs-d’œuvre de la Fondation Gandur pour l’Art, Genève

Les Sujets de l’abstraction (1946-1962), 101 Chefs-d’œuvre de la Fondation Gandur pour l’Art, Genève

Les sujets de l'abstraction

7 Dezembro 2011 - 24 Março 2012

Exposition organisée conjointement avec la Fondation Gandur pour l’Art et les Musées d’art et d’histoire de la Ville de Genève.
Commissariat scientifique : Éric de Chassey. Commissariat au Musée Fabre : Michel Hilaire.
A l’occasion du dépôt des collections de la récente Fondation Gandur pour l’Art au Musée d'Art et d'Histoire de la ville de Genève, l’exposition Les Sujets de l’Abstraction offrira une redécouverte de la peinture abstraite à Paris, du milieu des années 1940 au début des années 1960. Dans cette période d’intenses innovations et bouleversements formels, l’abstraction s’imposa comme mode d’expression transformant radicalement la relation de l’artiste au monde qui l’entoure.
Avec plus de 60 artistes exposés et 101 tableaux issus de l’exceptionnelle collection de la Fondation Gandur pour l’Art, l’exposition révèlera des œuvres extraordinaires d’artistes majeurs de cette période comme Pierre Soulages, Hans Hartung, Georges Mathieu ou Nicolas de Staël.

De la tache aux effets de matière, de l’ outrenoir de Soulages aux explosions colorées de Riopelle, les approches et les techniques des peintres abstraits dits « lyriques » au sortir de la Seconde Guerre mondiale se révèlent multiples et résolument novatrices.

Alors que le contexte politique et culturel résonne encore des traumatismes de la guerre, de nombreux artistes résidant à Paris, mais aussi d’autres en relation avec eux, sont unis par le besoin de rompre avec l’esthétique traditionnelle et de repartir à zéro. Ils formeront ce que l’on appellera bientôt la Seconde École de Paris. Tous cherchent à exprimer de façon radicalement différente la relation de l’artiste au monde qui l’entoure. Par leur exploration du geste, de la couleur et du matériau, ils remettent en question les définitions traditionnelles de la peinture et repoussent les limites de l’œuvre d’art.

Aucune collection en soi ne permettait jusqu’à présent de se faire une idée globale de ce moment majeur de l’histoire de l’art. Or, la récente Fondation Gandur pour l’art (FGA, 2009), émerge aujourd’hui comme une des plus grandes collections en Europe révélatrice de cette période.

En mars 2010, la Fondation Gandur pour l’Art a établi une convention avec la ville de Genève, proposant le dépôt de ses collections au Musée d'Art et d'Histoire de la ville de Genève. L’exposition des plus belles pièces de la collection Gandur au musée Rath de Genève, puis au musée Fabre de Montpellier, permettra au public européen de découvrir en avant-première cet ensemble remarquable. Par la richesse de ses collections de peinture abstraite d’après-guerre, le musée Fabre sera un écrin idéal pour cette exposition. L’ensemble d’œuvres proposées ne pourra que s’enrichir de la proximité de l’exceptionnel fonds Soulages de Montpellier, comme de la collection Jean Fournier, tout en les complétant et les éclairant par une confrontation avec des œuvres qui leur sont contemporaines.

Les Sujets de l’Abstraction permettra de retracer l’histoire de la peinture abstraite à Paris, du milieu des années 1940 au but des années 1960, en montrant des œuvres de toute beauté qui ne pourront que séduire tous les publics, même le plus réticent à l’art abstrait et contemporain.

Dans le cadre de cette exposition, le musée Fabre vous propose le film L'oeil d'un critique : Michel Ragon, dans l'auditorium du mardi au vendredi à 13h et les samedi et dimanche à 16h.


Retour