Aller au contenu  Aller au menu Général  Aller au menu secondaire  Aller à la recherche globale  Aller à la recherche de la rubrique 
> > >

Odilon Redon, Prince du rêve, 1840-1916

Odilon Redon, Prince du rêve, 1840-1916

Odilon Redon, prince du rêve

6 Julho 2011 - 15 Outubro 2011

En partenariat exceptionnel avec la Réunion des musées nationaux et le musée d’Orsay, le musée Fabre présente à l’été 2011 Odilon Redon, Prince du rêve, 1840-1916. Première rétrospective depuis celle de 1956 à l’Orangerie des Tuileries, l'exposition marque une véritable redécouverte de cet artiste, chantre majeur du symbolisme. Elle réunit près de 250 œuvres remarquables (peintures, dessins, pastels et fusains) issues des grandes collections françaises et internationales. Le colloque international Lumières d'Odilon Redon, qui s'est tenu les jeudi 7 et vendredi 8 juillet 2011, co-organisé par le musée Fabre de Montpellier Agglomération, le Musée d'Orsay et avec le concours de l'abbaye de Fontfroide, a réuni les plus éminents spécialistes de l'artiste afin d'apporter une nouvelle lumière sur son oeuvre.

De l’époque angoissée des Noirs (fusains, lithographies) jusqu’à la profusion colorée des dernières œuvres, Odilon Redon (1840-1916) a profondément marqué la génération symboliste, puis celle des nabis et des Fauves, les jeunes peintres de la couleur. Il a été l’explorateur des méandres de la pensée, de l’aspect ésotérique de l’âme humaine, empreint des mécanismes du rêve.

L’exposition revient sur l’évolution stylistique de l’artiste, des noirs aux couleurs, dans un parcours chronologique, ponctué d’œuvres et documents inédits.

Parmi les temps forts du parcours, la reconstitution du décor de la salle à manger du château de Domecy, en Bourgogne, que Redon réalisa en 1900 : son art suggestif devient monumental dans les panneaux qu’il réalise à la demande du baron Robert de Domecy. « Je couvre les murs d’une salle à manger de fleurs, fleurs de rêve, de la faune imaginaire… » Cette décoration, démantelée, a fait l’objet d’une dation au musée d’Orsay en 1988.

Un partenariat avec l’abbaye de Fontfroide permet aux visiteurs d’aller découvrir Redon dans la région : grâce à ses liens avec Gustave Fayet, propriétaire de Fontfroide, l’artiste a fait plusieurs séjours en Languedoc-Roussillon, où il est aujourd’hui présent dans des collections privées. En 1910, à la demande de Gustave Fayet, il décore la bibliothèque de l’abbaye de deux grands panneaux, Le jour et La Nuit. A l’occasion de l’exposition Redon, l’abbaye de Fontfroide ouvre exceptionnellement les portes de cette somptueuse bibliothèque.

Avant sa venue au musée Fabre cet été, l'exposition Odilon Redon, prince du rêve a été présentée aux Galeries Nationales du Grand Palais du 23 mars au 20 juin 2011.

Vous pouvez télécharger les audioguides de cette exposition (archives zip) :

Odilon Redon, critique d’art : parcours multimédia

Dans son recueil de critiques A soi-même, journal (1867-1915), notes sur la vie, l’art et les artistes, Odilon Redon exprime son jugement sur les grands artistes de son temps et sur les maîtres anciens. Il nous livre ses réflexions sur les peintres qui l’ont induit au culte de la beauté comme sur ceux dont il rejette le génie. Ce parcours multimédia, composé de six films, met en regard des extraits de textes et des œuvres d’artistes présents dans les collections permanentes du musée Fabre. Les mots de Redon trouvent ainsi des résonances dans Les Baigneuses et La Rencontre de Courbet, Les Femmes d’Alger et Les Exercices militaires de Delacroix, les paysages de Corot et de Chintreuil, le classicisme de Stratonice et Antiochus d’Ingres, et de foisonnement de l’ Allégorie de Rubens.

Odilon Redon, Réflexion sur Chintreuil

Odilon Redon, Réflexion sur Corot

Odilon Redon, Réflexion sur Courbet

Odilon Redon, Réflexion sur Delacroix

Odilon Redon, Réflexion sur Ingres

Odilon Redon, Réflexion sur Rubens


Retour