Aller au contenu  Aller au menu Général  Aller au menu secondaire  Aller à la recherche globale  Aller à la recherche de la rubrique 
> > >

Les expositions

Vincent Bioulès, Une donation au musée Fabre

Vincent Bioules, Daphné ©ADAGP, 2011/© Musée Fabre de Montpellier Agglomération - cliché Frédéric Jaulmes

4 Novembro 2011 - 31 Março 2012

Cette exposition est présentée dans les salles 41 et 42 (2e étage).

Né et formé à Montpellier, Vincent Bioulès mène une réflexion critique sur les fondements même de la peinture. Il fonde le groupe Supports/Surfaces au début des années 1970, avant de revenir à la figuration. Praticien assidu du dessin depuis ses années de formation, il s’adonne inlassablement à cet exercice, sur le motif ou à l’étude, constituant un immense corpus qui accompagne et éclaire son œuvre peint.

Artiste familier du musée Fabre, il a fréquenté depuis sa prime enfance le musée de Montpellier en amateur éclairé, y trouvant matière à sa réflexion d’artiste. C’est pourquoi il a souhaité lui donner l’ensemble de son fonds d’atelier et s’inscrire dans la lignée des peintres qui, de François- Xavier Fabre à Pierre Soulages, ont contribué par leur libéralité à cette dimension si particulière de l’institution montpelliéraine. Cet ensemble de 741 dessins, 52 portraits de grand format, et 515 carnets constitue une donation unique, dont l’exposition présente une sélection aux côtés du fonds de peinture de l’artiste déjà dans les collections du musée.

Les dessins de Bioulès, réalisés sur le motif, lors de ses voyages (Japon, Tunisie, Egypte…) ou sur les sites de sa géographie intime et personnelle (Palavas, Saint-Tropez, le Languedoc, Laubert, Aix-en-Provence) ne sont pas à proprement parler « préparatoires » : s’ils nourrissent son œuvre peint, il est rare qu’ils esquissent directement le sujet, et constituent plutôt une première appréhension de l’œuvre à venir. C’est ainsi au-delà des grandes compositions peintes, des places d’Aix, des grands nus, des paysages de Céret ou de Marseille, un autre parcours dans son œuvre qu’ils nous donnent à voir.


Retour